Conservation

Au Canada, les populations de phoques sont abondantes et en augmentation. Le phoque du Groenland se porte bien : on compte 7,5 millions d’individus dans les eaux canadiennes, soit au moins 5 fois plus qu’au début des années 1970. Les phoques gris sont 30 fois plus nombreux que dans les années 1950. On en comptait 13 000 à l’époque; ils sont maintenant plus de 500 000.

Le succès de cette conservation a un coût : un phoque adulte mange entre 1 et 1,5 tonne de poisson par an. À une époque où les stocks de morues et de nombreux autres poissons importants sont menacés, une telle consommation constitue un obstacle au rétablissement.

Une gestion prudente de la chasse au phoque fait partie intégrante de l’établissement d’un écosystème équilibré. On parle ici de donner de l’espace aux stocks de poissons pour permettre leur rétablissement, d’offrir des emplois et une source d’alimentation durable aux collectivités côtières et autochtones, et de garantir la viabilité à long terme des populations de phoques et des écosystèmes marins.

  • Plus de huit millions de phoques vivent dans les eaux canadiennes ou à proximité.
  • Un phoque adulte mange jusqu’à 1,5 tonne de poisson par an.
  • La gestion adaptée de la chasse au phoque est essentielle pour l’écosystème marin et la conservation de toutes les espèces.

En savoir plus sur la conservation

« Si vous êtes attentif, si vous vous rendez sur place dans les collectivités et sur l’eau, où ces animaux vivent réellement, vous verrez que là-bas, ce sont les chasseurs qui luttent pour la survie de l’écosystème tout entier. »
– Alethea Arnaquq-Baril, cinéaste d’Iqaluit