Le phoque

Le phoque est un mammifère semi-aquatique parfaitement adapté à la vie dans l’eau : son corps profilé en fait un excellent nageur. Il plonge en profondeur et peut rester en apnée pendant de longues périodes – jusqu’à une heure pour certaines espèces.

Il peut également passer du temps sur la terre ou la glace pour y mettre bas et y vivre pendant des périodes variables.

Il existe deux groupes de phoques distincts : le loup-marin (« vrai phoque ») et le phoque à petites oreilles. Six des espèces présentes dans les eaux canadiennes sont des loups-marins : le phoque du Groenland, le phoque commun, le phoque annelé, le phoque barbu, le phoque gris et le phoque à capuchon. L’otarie à fourrure, que l’on trouve le long de la côte pacifique, est une espèce à petites oreilles.

Tous les phoques ont une excellente vue (sous l’eau comme hors de l’eau), des membres qui se sont transformés en nageoires aux os longs, et des narines munies de valves. En plus de leurs oreilles externes, les phoques à petites oreilles ont une nageoire postérieure opposable qu’ils peuvent poser à plat sur le sol pour faciliter leurs mouvements (les vrais phoques doivent se servir de leurs nageoires avant pour se traîner au sol).

Les phoques se nourrissent de différentes espèces de poissons, de crustacés, et parfois d’oiseaux de mer, selon la disponibilité et leur préférence. De nombreuses espèces migrent chaque année (les phoques du Groenland peuvent parcourir jusqu’à 3 200 km) entre leurs aires d’alimentation et de reproduction. En général, les femelles ne donnent pas naissance à plus d’un veau par an à l’issue d’une gestation d’au moins 10 mois. Les veaux sont rapidement sevrés : l’allaitement chez les vrais phoques peut durer quatre jours seulement. Après cela, les petits sont indépendants, prêts à nager et à chasser par eux-mêmes.

Terminologie liée au phoque

Jeune phoque (moins de trois semaines*) : veau
Colonie reproductrice : roquerie
Perte de la fourrure ou des poils : mue
Grimper sur les rochers : se hisser
Glace sur laquelle les femelles mettent bas : aire de mise bas

Faits intéressants sur les phoques:

Taxinomie : tous les phoques appartiennent à la superfamille des pinnipèdes (« pied palmé »), à l’instar des otaries et des morses. Les trois familles sont monophylétiques, c’est-à-dire qu’elles descendent d’un ancêtre commun, dont l’ours est le plus proche parent vivant.

Vitesse : les phoques peuvent nager jusqu’à 40 km/h.

Profondeur : les phoques peuvent plonger jusqu’à 4 100 m (mais ils ne descendent habituellement pas à plus de 200).

Nez : tous les phoques ont des narines munies de valves, qu’ils ferment lorsqu’ils sont sous l’eau. Toutefois, leur odorat est bien développé sur la terre et permet aux mères de retrouver leur veau dans une colonie.

Yeux : grâce à ses grands yeux, le phoque peut voir sous l’eau. Ses pupilles se ferment lorsqu’il est sur la terre pour protéger ses yeux de la lumière du soleil et éviter son éblouissement.

Vibrisses : jusqu’à 1 500 terminaisons nerveuses se trouvent dans chaque vibrisse de phoque (celles des chats ou des rats en comptent environ 200). Cette extrême sensibilité leur permet de trouver de la nourriture dans l’eau trouble.

Style de nage : pour nager le plus rapidement, le phoque ramène ses nageoires avant contre ses flancs et utilise la nageoire de sa queue pour se propulser. Lorsqu’il se déplace plus lentement, ses nageoires avant servent de stabilisateurs.

Élevage de la progéniture : les phoques à petites oreilles se nourrissent généralement plus près du rivage. Les mères peuvent ainsi chercher de la nourriture pendant la période d’allaitement. Les loups-marins migrent généralement sur de longues distances pour atteindre leurs aires d’alimentation; pour compenser la courte période d’allaitement (comprise entre 4 et 50 jours), leur lait est plus riche (jusqu’à 60 % de gras) que celui de toute autre espèce de mammifère marin.

Conservation de la chaleur : la fourrure du phoque adulte est assez épaisse pour conserver une couche d’air isolante. Le lard situé sous la peau assure la meilleure isolation.

Prédateurs : les ours polaires, les loups arctiques et des animaux marins comme les requins et les orques sont les principaux prédateurs naturels du phoque. Dans de nombreux habitats, les phoques ont peu de prédateurs naturels, voire aucun.

On compte 33 espèces de phoques dans le monde : 7 fréquentent les eaux canadiennes et on en observe d’autres de manière sporadique.

Au Canada, on chasse le phoque du Groenland, le phoque gris, le phoque à capuchon et le phoque annelé.

Durée de vie : les phoques peuvent vivre au moins 40 ans.