Produits

Auparavant, le phoque servait à tout, de la fabrication des vêtements à celle des abris, en passant par l’alimentation et le combustible. De nos jours, les produits finaux ont changé, mais la philosophie est restée la même : des industries très variées recherchent, achètent et utilisent toutes les parties de l’animal.

Le cuir et la fourrure de phoque, résistants, imperméables et esthétiques, sont toujours utilisés dans l’artisanat et les vêtements traditionnels. Toutefois, les artisans, les industries textiles et les créateurs de mode modernes lui donnent une seconde vie. Les accessoires en cuir et les bottes en fourrure de phoque sont à présent aussi courants sur les podiums et dans les rues des centres-villes que dans les petites collectivités côtières.

De même, les collectivités qui pratiquent la chasse au phoque dépendent toujours de sa viande pour se nourrir et faire du commerce, mais on la trouve aussi sur les menus de grands restaurants, de Vancouver à St. John’s. Quant à l’huile de phoque, utilisée par le passé pour le tannage du cuir et comme ingrédient dans le savon, elle est maintenant très appréciée pour les incroyables bienfaits pour la santé des acides gras oméga-3 qu’elle continent.

En savoir plus sur les produits du phoque

« C’est l’un des aliments d’origine marine les plus durables du pays. C’est unique. C’est différent. […] [Le phoque] est évidemment très controversé, mais je pense qu’il représente une part importante du passé et de l’histoire de l’alimentation canadienne, et il me semble qu’il est important que ce débat ait lieu. » [Traduction]

– Eric Pateman, chef cuisinier et président, Edible Canada, Vancouver